article-autour-de-vanessa-article-minimalisme-se-sentir libre en consommant moins

 Désencombrer son logement  

J’ai décidé, certainement influencée par les nombreux sites abordant le sujet, de faire le vide dans ma maison ou plutôt mon appartement. J’ai toujours eu une attirance pour les grands espaces, le blanc, le spartiate. Peut-être à cause d’un environnement surchargé d’antiquités tout au long de mon enfance.
Comment j’ai procédé ?

 

On fait le vide

Un déménagement est en général un bon début pour accéder à une première démarche de minimalisme.
On fait le tri dans ses vêtements, ses chaussures, ses accessoires (bijoux, sacs, maquillage etc..). Pour cela, j’ai dû casser le syndrome de l’autruche, celui qui refuse de voir la vérité en face et qui pense que se séparer d’une belle pièce importable va lui ruiner sa vie.
Cela prend du temps car entre le sac du je donne, je vends, je jette, je recycle et je garde, il y a à peu près 20 minutes de réflexions pour chaque thème. Faites le calcul !
Les livres ont été donnés à la bibliothèque, aux amis ou laissés dans des endroits insolites pour une nouvelle vie de livres. J’ai gagné un placard entier !
Après, je trouve séduisante une bibliothèque garnie de livres, mais dans un appartement de taille moyenne, je souhaitais absolument réduire au maximum le nombre de livres et ne garder que ceux qui m’étaient indispensables pour le moment.
Je me suis attaquée ensuite à la cuisine, où comme pour les vêtements, tout est passé au scanner du je garde, je donne, je recycle (bip).
Les ustensiles du « on ne sait jamais » ont disparu dans le « on ne le saura jamais et c’est très bien comme ça ».
Au final, je n’ai gardé que ceux qui m’étaient indispensables (et certains se sont bien cachés derrière cet indispensable wink
Mon salon a subi également un tri au niveau des plantes, décorations et connectiques.
Pour les enfants, le tri est régulièrement fait car à chaque âge ses jeux et j’ai toujours beaucoup donné à la crèche et aux Emmaus.

 

Mon ressenti après 

Un sentiment de mieux être et une sensation de liberté, mais, car il y a un mais, comme une impression de ne pas avoir suffisamment trié. Cette méthode est parfois radicale et prise dans mon élan, je peux en un temps record aujourd’hui, prendre la décision de me débarrasser d’un objet que j’ai tant convoité. C’est effarant ce besoin de posséder.
A la maison, dès qu’un objet disparaît je suis tout de suite accusée de l’avoir donné, parfois à tort !
Il est tentant de devenir minimaliste, de pouvoir se contenter du strict nécessaire mais il faut néanmoins garder une certaine mesure.

 

Je me pose les bonnes questions

J’ai fait le tour de ma cuisine pour réaliser que j’avais un maximum d’ustensiles capables de m’offrir du confort à court termes. Par exemple, un coupe machin, un vide truc etc… J’ai investi, un an après avoir mûrement peser le pour et le contre dans un robot Cook Expert qui me permet de réaliser un maximum de recettes, rapides, simples et assez saines. J’ai pu me séparer de tout le reste ou presque. Un ustensile que je garde car il m’est devenu indispensable, c’est mon ouvre boite qui me permet d’ouvrir rapidement et sans m’énerver les conserves hermétiques.
J’ai regardé beaucoup de vidéos dans lesquelles je ne me suis pas forcément reconnue. Le minimalisme n’est pas de jeter pour racheter des articles plus écolos mais de pouvoir recycler ce que l’on possède déjà après avoir fait un bon tri en amont.

Comment ne pas remplir à nouveau

Entre minimalisme et démarche ZD, j’ai énormément apprécié ce moment où l’on se concentre sur l’essentiel. Tout y est passé car en dehors du matériel, il y a toute une démarche spirituelle qui se met automatiquement en place
J’arrive parfaitement à être sollicitée visuellement sans être tentée d’acheter. C’est un vrai plaisir d’apprécier visuellement de jolies choses et de résister à la tentation de les posséder.
Je ne dis pas qu’il ne faut plus désirer mais apprécier des plaisirs simples sans forcément passer par la consommation. Ecouter de la musique, passer un bon moment avec des amis, contempler, écrire, lire, sentir, rire, aimer…. Toutes ces choses qui font que la vie est belle et que le moment présent est important.

Adopter une démarche minimaliste

Pour le moment, je suis un peu seule à la maison dans cette démarche et c’est encore plus motivant pour essayer de sensibiliser un peu plus chaque jour.
je reste encore une consommatrice mais plus modérée, plus réfléchie avec toujours au moment de passer à l’act, une petite réflexion et voix qui me demandent si j’en ai vraiment mais vraiment besoin sur le long terme. je peux craquer et me sentir mal en sortant du magasin, mais cela m’arrive de plus en plus rarement. L’impression de mieux maîtriser mes achats.
Dans cette démarche, on change de l’intérieur aussi !